Van Gogh, le suicidé de la société

9782070761128
-{{ Math.floor(lowestprice.prices.user.percent) }}%
-{{ Math.floor(selectedVariant.prices.user.percent) }}%
From {{ lowestprice.prices.user.price_tax_display }} {{ lowestprice.prices.user.price_strike_tax_display }} {{ lowestprice.prices.user.label }}
{{ price.price_tax_display }} {{ price.label }}
Public price {{ lowestprice.prices.suggested.price_tax_display }} {{ lowestprice.prices.suggested.price_strike_tax_display }}
excl. taxes
{{ selectedVariant.prices.user.price_tax_display }} {{ selectedVariant.prices.user.price_strike_tax_display }} {{ selectedVariant.prices.user.label }}
{{ price.price_tax_display }} {{ price.label }}
Public price {{ selectedVariant.prices.suggested.price_tax_display }} {{ selectedVariant.prices.suggested.price_strike_tax_display }}
excl. taxes
Item unavailable
Last available items
Sold by Librairie du Centre Pompidou Topics
Art history- Art movements

Description

Dans Van Gogh le suicidé de la société, publié en 1947, Antonin Artaud fait de la violence de Van Gogh la réponse à l'obscénité haineuse du monde et des psychiatres ; de sa folie, une réponse de l'âme à l'imbecillité universelle qui lui souffle « Vous délirez ». Alors Van Gogh s'est tué parce qu'il ne pouvait pas tuer le psychiatre, le docteur Gachet. Il s'est tué parce qu'il ne pouvait plus supporter ce « délire » qu'on attachait à ses pas.
« Je vois à l'heure où j'écris ces lignes, le visage rouge sanglant du peintre venir à moi, dans une muraille de tournesols éventrés, dans un formidable embrasement d'escarbilles d'hyacinthe opaque et d'herbages de lapis-lazuli.
Tout cela, au milieu d'un bombardement comme météorique d'atomes qui se feraient voir grain à grain, preuve que Van Gogh a pensé ses toiles comme un peintre, certes, et uniquement comme un peintre, mais qui serait, par le fait même, un formidable musicien. »

Descriptions & Features

Authors
Antonin Artaud
Publisher
Gallimard
Dimensions
19 x 12,5 x 0,6 cm
Publication year
2000
Number of pages
96
EAN
9782070761128