La construction fonctionnelle moderne

-{{ Math.floor(lowestprice.prices.user.percent) }}%
-{{ Math.floor(selectedVariant.prices.user.percent) }}%
A partir de {{ lowestprice.prices.user.price_tax_display }} {{ lowestprice.prices.user.price_strike_tax_display }} {{ lowestprice.prices.user.label }}
{{ price.price_tax_display }} {{ price.label }}
Prix conseillé {{ lowestprice.prices.suggested.price_tax_display }} {{ lowestprice.prices.suggested.price_strike_tax_display }}
{{ selectedVariant.prices.user.price_tax_display }} {{ selectedVariant.prices.user.price_strike_tax_display }} {{ selectedVariant.prices.user.label }}
{{ price.price_tax_display }} {{ price.label }}
Prix conseillé {{ selectedVariant.prices.suggested.price_tax_display }} {{ selectedVariant.prices.suggested.price_strike_tax_display }}
En rupture de stock
Derniers articles disponibles
prix hors taxe
Vendu par Librairie du Centre Pompidou Evénement
Allemagne / années 1920 / Nouvelle Objectivité / August Sander
Thèmes
Architecture

Description

L'origine de la révolution qui touche l'architecture moderne se trouve dans le rejet de la tyrannie de l'académisme, lorsque l'architecture commence à éprouver la beauté vivante dans la fonction elle-même. À partir des travaux de trois architectes : Alfred Messel pour l'Allemagne, Hendrik Berlage pour la Hollande et Otto Wagner pour l'Autriche, Adolf Behne propose une généalogie de la construction moderne dont l'aboutissement est la restauration de l'unité perdue.
Ce qui lie ces trois figures majeures de la scène européenne, c'est qu'ils abandonnent le répertoire de la création purement mécanique des formes reçues, celle qui opère de l'extérieur vers l'intérieur et mène à l'architecture-façade au profit d'une pratique accordant à la fonction une place prépondérante. S'inscrivant dans une logique schillérienne, l'ouvrage développe un système bipolaire où la fonction répond à la nécessité vitale et la pulsion ludique mène au travail de la forme.
Mais Behne n'en reste pas là, dans l'effervescence révolutionnaire des lendemains de la guerre, en 1921, il déplore que l'Europe ait perdu l'unité spirituelle qui était la sienne durant le moyen âge. Le style gothique, véritable " style international " d'alors, reste la preuve de la communication qui existait entre tous les pays. Devançant les idéaux du Bauhaus, il assigne à l'Allemagne la tâche de redevenir le carrefour spirituel et politique de l'Europe et conçoit l'architecture comme un des organes de l'avènement progressif du socialisme.

Informations générales

Auteurs
Adolf Behne
Editeur
La Villette
Dimensions
27,2 x 19,2 x 1,6 cm
Année de publication
2005
Nombre de pages
206
EAN
9782915456042