Dysphoria mundi

9782246830641
-{{ Math.floor(lowestprice.prices.user.percent) }}%
-{{ Math.floor(selectedVariant.prices.user.percent) }}%
A partir de {{ lowestprice.prices.user.price_tax_display }} {{ lowestprice.prices.user.price_strike_tax_display }} {{ lowestprice.prices.user.label }}
{{ price.price_tax_display }} {{ price.label }}
Prix ​​public {{ lowestprice.prices.suggested.price_tax_display }} {{ lowestprice.prices.suggested.price_strike_tax_display }}
HT
{{ selectedVariant.prices.user.price_tax_display }} {{ selectedVariant.prices.user.price_strike_tax_display }} {{ selectedVariant.prices.user.label }}
{{ price.price_tax_display }} {{ price.label }}
Prix ​​public {{ selectedVariant.prices.suggested.price_tax_display }} {{ selectedVariant.prices.suggested.price_strike_tax_display }}
HT
Article indisponible
Derniers articles disponibles
Vendu par Librairie du Centre Pompidou

Description

« Puisque mon désir de vivre en dehors des prescriptions normatives de la société binaire hétéro-patriarcale a été considéré comme une pathologie clinique caractérisée sous le vocable de « dysphorie de genre », il m'a paru intéressant de penser la situation planétaire actuelle comme une dysphorie généralisée. Dysphoria mundi : la résistance d'une grande partie des corps vivants de la planète à être subalternisés au sein d'un régime de savoir et de pouvoir patriarco-colonial. ».
Tel est le point de départ de ce livre de « philosophie documentaire » où l'auteur, malade du covid et enfermé seul dans son appartement, emprunte à tous les genres (essai, fiction, journal) pour raconter à sa façon un monde dont les différentes horloges se sont synchronisées au rythme du virus, mais aussi du racisme, du féminicide, du réchauffement climatique... et de la rébellion à venir. Une manière de carnet philosophico-somatique d'un processus de mutation planétaire en cours.
Si la modernité disciplinaire était hystérique ; si le fordisme, héritier des séquelles des deux guerres mondiales sur la psyché collective, était schizophrène ; le néolibéralisme cybernétique, lui, est dysphorique.
L'hypothèse centrale de cet essai : les événements qui se sont produits pendant la crise du covid à l'échelle mondiale marquent le début de la fin du réalisme capitaliste.
Sommes-nous condamnés à croire tout savoir et ne rien pouvoir faire pour changer le cours des choses (paranoïa conspirationniste) ou continuer à tout faire de la même manière mais sentir que plus rien n'a de sens (dépression individualiste) ? Non : il est possible de franchir le pas vers une autre épistémologie terrestre. Encore faut-il refuser la nouvelle alliance du néolibéralisme numérique, des rhétoriques néo-nationalistes, l'explosion des inégalités économiques, des violences raciales, sexuelles et de genres, la destruction de la biosphère pour initier un profond processus de décarbonisation, de dépatriarcalisation, de décolonisation : c'est l'« hypothèse révolution » dont ce livre pose les prolégomènes...

Informations générales

Auteurs
Paul B. Preciado
Editeur
Grasset Et Fasquelle
Dimensions
20,7 x 14 x 3,7 cm
Année de publication
2021
Nombre de pages
592
EAN
9782246830641